Vanguard economic and market outlook 2022 webinar

Join us on 16 December when our chief economist Dr. Peter Westaway will be joined by colleagues from Vanguard’s Investment Strategy Group for a live presentation of the Vanguard economic and markets outlook 2022. We invite you to join us and find out more about our expectations for economies and markets for next year and beyond.

Register now

L'émergence récente du variant Omicron du Covid-19 montre à quel point la santé des économies dépend encore du maintien des populations en bonne santé. Alors que nous approchons de la fin de l'année 2021, nous nous penchons sur les principaux sujets qui pourraient déterminer les perspectives pour l'économie et le marché pour l'année à venir.

Un variant nous force à maintenir le Covid-19 dans la discussion économique

Avant que la gravité potentielle du variant Omicron ne soit connue, Vanguard estimait que les marchés développés de l'hémisphère nord allaient connaître un hiver difficile, du fait de la combinaison de la baisse de l'immunité vaccinale et de la lenteur de l'adoption des rappels de vaccination. Pourtant, nous pensions que ces économies seraient moins susceptibles de devoir recourir à des fermetures que lors des vagues précédentes, encouragées par les niveaux raisonnablement élevés d'immunité acquise par l'infection et le fait de savoir que les taux de létalité de l'infection avaient diminué à chaque vague successive.

Le variant Omicron pourrait encore changer notre point de vue sur l'économie mondiale en 2022. On ne sait pas encore si le variant Omicron va dépasser le variant Delta. Si le variant Delta reste la souche prédominante, nos prévisions économiques devraient rester intactes. Mais nous ne savons toujours pas si le nouveau variant est plus transmissible que le variant Delta et dans quelle mesure il peut passer outre l’immunisation.

Une souche de variant Omicron qui surpasserait le variant Delta se ferait ressentir dans le monde entier, avec un effet particulièrement prononcé en Asie. Les pays d’Asie, tant développés qu'émergents, bénéficient de leurs efforts de vaccination récents - un avantage qui pourrait succomber à une souche du Covid-19 résistante aux vaccins actuels. Les faibles niveaux d'immunité acquise par infections en Asie s’ajouteraient au risque.  

Le monde a hâte de tourner la page du Covid-19. Le moment où il pourra le faire - et l’étendue des arrêts de l’économie ayant lieu dans l'intervalle - dépendront de l’évolution des variants du Covid-19.

Les actions américaines n’ont jamais été autant survalorisées depuis la bulle Internet

Nous disons depuis quelques années que les valorisations des actions américaines se rapprochent du territoire "tendu". Une forte hausse des cours en 2021, due davantage à l'expansion des valorisations qu'à l'augmentation des bénéfices, fait que les actions américaines sont davantage surévaluées qu'à aucun autre moment depuis la bulle Internet.

Notre évaluation repose sur la dernière exécution trimestrielle du Vanguard Capital Markets Model® (VCMM), au 30 septembre 2021. Notre modèle examine les valorisations des actions par rapport à leur juste valeur, en fonction des taux d'intérêt et de l'inflation. La hausse des taux d'intérêt érode la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs, de sorte que les taux d'intérêt et l'inflation ont tendance à influencer les valorisations des marchés boursiers - et, par extension, les cours.

Les valorisations des actions américaines se situent bien au-dessus de leur fourchette de juste valeur

La performance passée ne constitue pas un indicateur fiable des rendements futurs.

Notes : La juste valeur du CAPE (ratio cours/bénéfice ajusté cycliquement) américain repose sur un modèle statistique qui corrige les mesures du CAPE en fonction du niveau des prévisions d'inflation et des taux d'intérêt. La spécification du modèle statistique est une correction d'erreur vectorielle à trois variables, comprenant les rendements des actions, l'inflation à 10 ans et les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans, estimés sur la période allant de janvier 1940 à septembre 2021. La ligne bleue continue qui s'étend au-dessus de la bande grise suggère une survalorisation des actions américaines.

Sources : Calculs de Vanguard en USD, au 30 septembre 2021, basés sur des données provenant du site Internet de Robert Shiller à l'adresse aida.wss.yale.edu/~shiller/data.htm, de l’US Bureau of Labor Statistics, du Federal Reserve Board, de Refinitiv et de Global Financial Data.

L'illustration montre clairement l'ampleur de la survalorisation. La ligne bleue continue représentant le ratio cours/bénéfice ajusté cycliquement des actions américaines s'écarte de sa fourchette de juste valeur, représentée par la bande grise, tout comme elle l'a fait pendant une longue période avant l'éclatement de la bulle Internet1.

Bien que notre modèle fournisse des perspectives sur 10 ans pour les rendements des actions, il ne permet pas de savoir quand et comment un retour à la juste valeur peut avoir lieu. Un marché survalorisé peut continuer à atteindre des sommets plus élevés, comme ce fut le cas à la fin des années 1990 ; l'écart a alors duré cinq ans avant de revenir à la juste valeur.

L'équipe de recherche du VCMM de Vanguard a observé le fait que les renversements antérieurs d'une survalorisation à une fourchette de juste valeur ont été davantage fonction de la baisse des cours que de la hausse des bénéfices, et que des corrections de marché de 10 % ou plus ont eu lieu plus fréquemment lorsque les actions étaient survalorisées que lorsqu'elles étaient valorisées à leur juste valeur.

Les investisseurs peuvent estimer qu’il s’agit d’un moment propice pour évaluer si la récente flambée des cours des actions a rendu la composition de leurs actifs disproportionnée par rapport à leur niveau de confort en termes de risque.

Il est possible que les marchés sous-estiment le niveau auquel la Fed pourrait relever les taux

Les marchés financiers se sont récemment concentrés sur le moment auquel les banques centrales des marchés développés devraient relever les taux d'intérêt. Le taux final, c'est-à-dire le niveau auquel les banques centrales vont finalement augmenter les taux, est tout aussi important.

Vanguard pense que les marchés sous-estiment le taux final de la Réserve fédérale américaine. Pour comprendre pourquoi, il est nécessaire de comprendre la relation entre le taux final et le taux neutre, un équilibre à long terme qui dépeint grossièrement une politique monétaire qui n'est ni conciliante ni restrictive.

Les changements à court terme dans l'économie - vents contraires ou vents arrière - poussent les taux d'intérêt au-dessus ou en-dessous du niveau neutre. Si l'économie connaît des vents contraires, les taux d'intérêt peuvent dépasser le niveau neutre.

Les responsables politiques sont confrontés à un certain nombre de défis pour supprimer les mesures conciliantes qui étaient essentielles pour permettre aux économies de survivre à la pandémie de Covid-19 mais qui, si elles ne sont pas contrôlées, pourraient produire des vents arrière trop puissants.

Les prévisions par le marché d’un taux final aux alentours de 1,5 % sont supérieures de plus d'un point de pourcentage à l’objectif de taux actuel des fonds fédéraux de la Fed, qui va de 0 % à 0,25 %. Mais ils sont inférieurs à l'estimation du taux neutre de 2,5 % de la Fed et à l'estimation du taux neutre de 2 à 3 % de Vanguard.

Nous soulignons le fait que le taux neutre a baissé pendant plusieurs décennies, en partie du fait des relations entre l'épargne et l'investissement à l’échelle mondiale. Nous ne prévoyons pas un retour à des taux d'intérêt supérieurs à ceux qui étaient en vigueur avant la crise financière mondiale de 2008, et le cheminement pour arriver au taux final pourrait prendre plusieurs années. 

Il existe un risque que les poussées inflationnistes et les tensions sur le marché du travail amènent la Fed à relever les taux non seulement plus tôt que prévu, mais également plus brutalement, ce qui pourrait conduire à effrayer les marchés. Cela montre aux investisseurs l'importance de rester disciplinés et de se concentrer sur leurs objectifs à long terme.

Les faillites dans le secteur du logement en Chine ne devraient pas entraîner de contagion financière à l’échelle mondiale

Les faillites chez les promoteurs immobiliers privés en Chine ont augmenté en 2021, mais Vanguard ne prévoit pas de contagion du marché financier mondial par le secteur pour plusieurs raisons.

Le taux de faillites des entreprises privées en Chine a atteint 7 % au cours des 10 premiers mois de 2021. Ce chiffre est largement imputable aux promoteurs immobiliers, alors que le taux de faillites était de 5 % en début d'année. Mais ce n'est pas la première fois que cela se produit ; le taux de faillites des entreprises privées a atteint 8 % au sommet d'un cycle de désendettement en 20182.

Le risque de faillite pourrait augmenter en 2022, à mesure que les remboursements de capital arrivent à échéance pour certains des plus grands promoteurs privés et que les responsables politiques s'orientent structurellement vers un nouveau régime politique qui dépend de moteurs de croissance plus durables. Toutefois, nous pensons que les responsables politiques feront suffisamment d'efforts pour éviter une contagion excessive dans le système financier.

La composition des prêts liés à l'immobilier peut également atténuer les craintes de contagion. Bien que ces prêts aient représenté plus d'un quart de l'encours des prêts bancaires au premier semestre 2021, la grande majorité était constituée de prêts hypothécaires, pour lesquels le risque de crédit est moindre du fait des exigences élevées en termes d’acomptes. Les prêts aux promoteurs de logements privés, qui présentent sans doute un risque de crédit plus élevé que les prêts aux promoteurs de logements publics, ne représentaient que 4 % du total des prêts bancaires.

Vanguard estime que toute retombée du secteur de l'immobilier est plus susceptible d'être réalisée grâce à un ralentissement de la croissance économique, avec une réduction de l'investissement immobilier chinois susceptible de faire baisser la demande d'importation de matières premières en provenance de pays tels que l'Australie, le Brésil et le Canada.

Pour les investisseurs, le point essentiel à retenir est qu’il s'agit de rester disciplinés et de ne pas trop lire les gros titres sur des faillites qui pourraient être inévitables.

 

Les Perspectives économiques et de marché de Vanguard pour 2022 : Trouver un meilleur équilibre examinent en profondeur ce que 2022 peut réserver aux investisseurs. Sa publication est prévue pour le 16 décembre.

1 L'indice composite Nasdaq a chuté de 78 % entre son pic du 10 mars 2000 et son creux post-bulle du 9 octobre 2002. L'indice Standard & Poor's 500 a chuté de 49 % entre son pic du 24 mars 2000 et son creux post-bulle du 9 octobre 2002.

2 Source : Wind Economic Database.

 

IMPORTANT : Les projections ou autres informations générées par le Vanguard Capital Markets Model® concernant la probabilité de divers résultats d’investissement sont de nature hypothétique, ne reflètent pas les résultats d’investissement réels et ne constituent pas des garanties de résultats futurs. Les résultats du VCMM varieront à chaque utilisation et dans le temps. Les projections du VCMM reposent sur une analyse statistique des données historiques. Les rendements futurs peuvent évoluer différemment des modèles historiques intégrés au VCMM. Et surtout, il est possible que le VCMM sous-estime des scénarios négatifs extrêmes inexistants dans les périodes historiques sur lesquelles repose l’estimation du modèle. Simulations au 30 septembre 2021.

Le Vanguard Capital Markets Model® est un outil de simulation financière exclusif développé et maintenu à jour par les équipes principales de recherche et de conseil en investissement de Vanguard. Le modèle prévoit des distributions de rendements futurs pour tout un ensemble de catégories d’actifs élargies. Ces catégories d’actifs comprennent les marchés d’actions américains et internationaux, plusieurs échéances des marchés des bons du trésor américain et des marchés d’obligations d’entreprises américaines, les marchés d’obligations internationales, les marchés monétaires américains, les matières premières et certaines stratégies d’investissement alternatives. Le fondement théorique et empirique du Vanguard Capital Markets Model est que les rendements des différentes catégories d’actifs reflètent la compensation exigée par les investisseurs pour supporter différents types de risque systématique (bêta). Le modèle repose sur les estimations de la relation statistique dynamique entre facteurs de risque et rendements des actifs, obtenues grâce à l’analyse statistique effectuée sur la base des données financières et économiques mensuelles disponibles depuis 1960. Grâce à un système d’équations estimées, le modèle applique une méthode de simulation Monte Carlo pour effectuer une projection des corrélations estimées entre facteurs de risque et catégories d’actifs, ainsi que de l’incertitude et de l’aléa dans la durée. Le modèle génère un grand nombre de résultats simulés pour chaque catégorie d’actifs selon diverses échéances. Les prévisions sont obtenues en calculant des mesures de tendances centrales dans ces simulations. Les résultats produits par cet outil varieront à chaque utilisation et dans la durée.

Principaux risques d'investissement

La valeur des investissements et les revenus en découlant peuvent varier à la baisse comme à la hausse et il se peut que les investisseurs ne recouvrent pas l’intégralité du montant investi.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les performances passées simulées ne constituent pas un indicateur fiable de rendements futurs.

Toutes les projections doivent être considérées comme hypothétiques : elles ne constituent en rien une garantie de résultats futurs.

Informations Importantes

Pour investisseurs professionnels uniquement (au sens de la Directive MiFID II) investissant pour leur propre compte (y compris des sociétés de gestion (fonds des fonds) et des clients professionnels investissant pour le compte de leurs clients discrétionnaires). En Suisse, réservé aux investisseurs institutionnels. Ne peut pas être distribué au grand public.

Les informations figurant dans le présent document ne constituent en aucun cas une offre d’achat ou de vente, ni la sollicitation d’une offre d’achat ou de vente de titres, dans le resort juridictionnel dans lequel une telle offre ou sollicitation serait contraire à la loi, ni à l’égard d’une personne envers laquelle il serait illégal de formuler une telle offre ou sollicitation, ou si la personne à l’origine de l’offre ou de la sollicitation n’est pas habilitée à la formuler. Les informations figurant dans ce document ne constituent pas des conseils en investissement, ni des conseils juridiques ou fiscaux. En conséquence, le contenu de ce document ne peut servir de base à vos décisions d’investissement.

Publié dans l’EEE par Vanguard Group (Ireland) Limited, qui est soumise en Irlande au contrôle de la Banque Centrale irlandaise.

Publié en Suisse par Vanguard Investments Switzerland GmbH.

Publié par Vanguard Asset Management Limited, société agréée au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority et soumise au contrôle de celle-ci.

© 2021 Vanguard Group (Ireland) Limited. Tous droits réservés.

© 2021 Vanguard Investments Switzerland GmbH. Tous droits réservés.

© 2021 Vanguard Asset Management, Limited. Tous droits réservés.

899c