Par Edoardo Cilla, stratégiste en investissement, Investment Strategy Group, Vanguard Europe, et Lukas Brandl-Cheng, analyste en stratégie d'investissement, Investment Strategy Group, Vanguard Europe

Alors que l'inflation globale atteint ses niveaux  les plus élevés depuis des décennies dans de nombreuses économies développées, de nombreux investisseurs s'inquiètent de la capacité de leurs portefeuilles d'investissement à suivre le rythme.  Selon la dernière estimation d'Eurostat, l'inflation dans la Zone Euro atteindra 5 % en décembre 2021, soit le niveau le plus élevé depuis des décennies.

D’après nos perspectives économiques et de marché pour 2022, Vanguard estime que l'inflation continuera de grimper dans la plupart des économies au premier semestre 2022 avant de se stabiliser aux niveaux visés d'ici la fin de l'année.

Même avec le recul attendu, nous pensons toujours que l'inflation dans la Zone Euro restera élevée par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, à un peu plus de 2 % d'ici fin 2022. Bien sûr, nos attentes ne sont que des attentes, et l'inflation pourrait se maintenir aux niveaux actuels.

Que les niveaux d'inflation se maintiennent ou reculent, l'inquiétude des investisseurs est bel et bien réelle. En effet, lorsqu'ils ont été interrogés sur les risques les plus importants pour l'économie et les marchés en 2022, l'option la plus courante identifiée par les investisseurs que nous avons interrogés le mois dernier était ‘une hausse de l’inflation’ (36 %)1. En ayant cela à l’esprit, notre analyse des performances de différentes catégories d'actifs dans des environnements inflationnistes peut aider les investisseurs à mieux comprendre comment ils peuvent protéger leurs portefeuilles de l'effet corrosif de l'inflation sur les rendements des portefeuilles.

Bêta et volatilité de l'inflation

Pour les investisseurs qui visent à se protéger contre le risque d'inflation à court terme, la sensibilité d'une catégorie d'actifs à l'inflation (bêta) est le meilleur moyen de mesurer sa capacité à suivre le rythme de l'inflation. Contrairement à la corrélation, qui ne capte que la direction du mouvement concomitant entre les rendements de l'actif et l'inflation, le bêta d'inflation capte à la fois la direction et l'ampleur du mouvement concomitant.

Le bêta d'inflation est défini comme étant l'augmentation du rendement d'un actif lorsque l'inflation augmente d'un point de pourcentage, et il représente la véritable caractéristique de protection contre l'inflation de l'actif. Une note bêta de un signifie que l'actif évolueen moyenne, au rythme de l'inflation.

Nous avons comparé les rendements sur un an avec l'évolution sur un an de l'indice des prix à la consommation (IPC) de la Zone Euro afin d'analyser le bêta d'inflation de différentes catégories d'actifs et, au final, de comprendre leurs qualités en termes de protection contre l'inflation sur un horizon d'investissement à court terme. Comme le montre le graphique ci-dessous, les matières premières (depuis 1992)2 et l'or ont historiquement offert aux investisseurs de la Zone Euro la meilleure protection contre l'inflation à court terme. En revanche, les actions mondiales et locales ont enregistré un bêta d'inflation inférieur à un.

Propriétés de couverture de l'inflation à court terme de différentes classes d'actifs

Sources : Calculs de Vanguard, d’après des données de Bloomberg et de l'OCDE. Notes : La volatilité est calculée comme étant l'écart type des rendements annualisés sur un an, à une fréquence mensuelle. Le bêta d'inflation est défini comme étant l'augmentation du rendement d'un actif lorsque l'inflation augmente d'un point de pourcentage. La période de référence va du 31 janvier 1976 au 31 octobre 2021. Du fait de la disponibilité des données, l'échantillon pour les obligations agrégées, les obligations indexées sur l'inflation et les obligations d'État au niveau mondial et européen commence le 31 décembre 2000. Avant le lancement de l’indice MSCI EMU en 1998, nous utilisons les données de rendement de l’indice MSCI Europe. Pour l'inflation de la Zone Euro, nous utilisons l'inflation pondérée en fonction du PIB de l'Allemagne, de la France, de l'Italie et de l'Espagne avant 1990 comme indicateur. Nous présentons l'analyse des matières premières à la fois pour l'échantillon débutant le 31 janvier 1972 et le 31 janvier 1992 afin de mettre en évidence la dépendance à l'égard du régime des caractéristiques de protection contre l'inflation des matières premières. Indices utilisés : actions mondiales - indice MSCI World Net Total Return Index ; actions de la Zone Euro = indice MSCI EMU Net Total Return Index ; obligations agrégées mondiales (couvertes) = indice Bloomberg Global Aggregate Total Return Index (Hedged EUR) ; obligations agrégées de la Zone Euro = indice Bloomberg EuroAgg Total Return Index ; obligations indexées sur l'inflation = indice Bloomberg Euro Govt Inflation-Linked Bond All Maturities Total Return Index ; obligations d'État = indice ICE BofA Euro Government Index ; matières premières = indice S&P GSCI Index Spot ; or = Gold Spot.

Cependant, les actifs à bêta d’inflation élevé ne sont pas sans risque. La plus grande volatilité des rendements associée aux matières premières et à l'or signifie qu'une allocation à ces catégories d'actifs pourrait modifier considérablement le profil de risque du portefeuille d'un investisseur.

Il est également important de se rappeler que, du point de vue d'un investisseur de la Zone Euro, les matières premières sont exposées au risque de change (sauf si elles sont correctement couvertes). De plus, l'inflation n'est pas la seule variable susceptible d’avoir un impact sur la performance des matières premières.

Les actions offrent une protection à long terme

Sur des horizons à plus long terme, les actions ont généralement offert des rendements positifs supérieurs au taux d'inflation. Le graphique suivant montre la proportion de rendements réels supérieurs à 0 % (c'est-à-dire un rendement positif après inflation) pour des horizons à cinq, dix et vingt ans.

Historiquement, comme le montrent les résultats, l'investissement dans les actions mondiales a offert les meilleures chances d'obtenir un rendement réel positif avec un niveau de risque plus faible par rapport à l'or et aux matières premières agrégées.

Proportion de rendements réels positifs à long terme pour l'or, les matières premières et les actions

La performance passée ne constitue pas un indicateur fiable des rendements futurs.

Sources : Calculs de Vanguard, d’après des données de Bloomberg et de l'OCDE.

Notes : Le graphique montre la proportion des rendements réels sur cinq, dix et vingt ans qui ont été supérieurs à 0 %. La période de référence pour les données mensuelles va du 31 janvier 1975 au 31 octobre 2021. La volatilité est calculée sur les rendements mensuels de la totalité de la période de référence. Indices utilisés : actions mondiales = indice MSCI World Net Total Return Index ; actions de la Zone Euro = indice MSCI EMU Net Total Return Index ; matières premières = indice S&P GSCI Index Spot ; or = Gold Spot.

En définitive, les marchés d'actions mondiaux offrent une protection efficace à long terme contre les risques d'inflation. Sur des périodes plus courtes, les matières premières et l'or sont plus susceptibles de dépasser le taux d'inflation, mais au prix d'une plus grande volatilité des rendements (par rapport aux actions), ce qui rend les portefeuilles d'investissement plus vulnérables aux fluctuations de valeur.

En outre, la performance des actifs à bêta d’inflation élevé est prévisible dans les environnements à forte inflation, mais si un tel scénario de forte inflation ne se réalise pas, la performance de ces actifs peut freiner les rendements par rapport à un portefeuille multi-actifs traditionnel composé d'actions et d'obligations. Le fait d'orienter les portefeuilles vers l'or et les matières premières pour protéger contre l'inflation comporte un certain niveau de risque prévisionnel et, s'il est maintenu trop longtemps, les investisseurs risquent de ne pas bénéficier de la prime de risque à long terme qu’offrent les actions.

Conserver une stratégie à long terme

Les clients qui s'inquiètent de l'impact de l'inflation sur le rendement de leurs investissements doivent tenir compte de leur horizon d'investissement et de leur tolérance au risque avant de modifier leur allocation d’actifs. Pour de nombreux investisseurs, la meilleure ligne de conduite consistera à conserver un portefeuille d'actions et d'obligations diversifié à l'échelle mondiale, en modifiant éventuellement la combinaison d'actions et d'obligations si les circonstances ou les objectifs individuels changent.

À l'aide du Vanguard Capital Markets Model (VCMM), notre cadre de prévision exclusif, nous avons examiné ce que les investisseurs de la Zone Euro pourraient raisonnablement attendre d'un portefeuille diversifié à l’échelle mondiale composé de 60 % d'actions et de 40 % d'obligations en valeur réelle (en tenant compte de l'inflation) sur des horizons d'investissement à 10 et 30 ans. Notre analyse suggère qu'un portefeuille à 60/40 est susceptible de rapporter environ 3 % par an, en moyenne, en valeur réelle au cours des 30 prochaines années3.

Les rendements réels étant susceptibles d'être faibles au cours de la prochaine décennie, il sera fondamental de maintenir les coûts à un niveau bas pour que les investisseurs puissent tirer le meilleur parti de leurs investissements.

 

1 Source : Vanguard, au 6 décembre 2021. Nombre de personnes ayant répondu = 126.

2 La relation entre les matières premières agrégées et l'inflation de la Zone Euro semble dépendre du temps : les matières premières ont eu tendance à présenter un bêta supérieur à 1 après le début des années 1990, mais n'ont pas contribué à la protection contre l'inflation dans les années 1970.

3 Source: Vanguard, au 30 septembre 2021. Notes : les prévisions correspondent à la distribution de 10 000 simulations du VCMM pour les rendements réels annualisés à 10 et 30 ans en EUR pour un portefeuille composé à 60% d'actions mondiales et à 40% d'obligations mondiales. Actions mondiales = indice MSCI AC World Index, obligations mondiales = indice Bloomberg Global Agg Index. Tous les indices sont en EUR. 

Informations importantes

Les projections ou autres informations générées par le Vanguard Capital Markets Model concernant la probabilité de différents résultats d’investissement sont hypothétiques par nature, ne reflètent pas les résultats réels de l’investissement, et ne garantissent pas les résultats futurs. Les résultats de la distribution du rendement à partir du VCMM sont tirés de 10 000 simulations pour chaque catégorie d’actifs modélisée. Les résultats du modèle peuvent varier à chaque utilisation et dans la durée.

Les projections du VCMM reposent sur une analyse statistique des données historiques. Les rendements futurs peuvent évoluer différemment des modèles historiques intégrés au VCMM. Et surtout, il est possible que le VCMM sous-estime des scénarios négatifs extrêmes inexistants dans les périodes historiques sur lesquelles repose l’estimation du modèle.

Le Vanguard Capital Markets Model® est un outil de simulation financière propriétaire développé et géré par les principales équipes de recherche et de conseil en investissement. Le modèle prévoit des distributions de rendements futurs pour tout un ensemble de catégories d’actifs élargies. Parmi ces catégories d’actifs figurent les marchés d’actions américains et internationaux, diverses échéances sur les marchés américains des Bons du Trésor et des obligations d’entreprises, les marchés obligataires internationaux, les marchés monétaires américains, les marchés des matières premières et certaines stratégies d’investissement alternatives. La base théorique et empirique du Vanguard Capital Markets Model est le principe selon lequel les rendements de diverses catégories d’actifs reflètent la compensation pour les investisseurs en contrepartie de différents types de risque systématique (bêta). Le modèle repose sur les estimations de la relation statistique dynamique entre facteurs de risque et rendements des actifs, obtenues grâce à l’analyse statistique effectuée sur la base des données financières et économiques mensuelles disponibles depuis 1960. Grâce à un système d’équations estimées, le modèle applique une méthode de simulation Monte Carlo pour effectuer une projection des corrélations estimées entre facteurs de risque et catégories d’actifs, ainsi que de l’incertitude et de l’aléa dans la durée. Le modèle génère un grand nombre de résultats simulés pour chaque catégorie d’actifs selon diverses échéances. Les prévisions sont obtenues en calculant des mesures de tendances centrales dans ces simulations. Les résultats produits par cet outil varieront à chaque utilisation et dans la durée.

Principaux risques d'investissement

La valeur des investissements et les revenus en découlant peuvent varier à la baisse comme à la hausse et il se peut que les investisseurs ne recouvrent pas l’intégralité du montant investi.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les performances passées simulées ne constituent pas un indicateur fiable de rendements futurs.

Toutes les projections doivent être considérées comme hypothétiques : elles ne constituent en rien une garantie de résultats futurs.

Informations Importantes

Pour investisseurs professionnels uniquement (au sens de la Directive MiFID II) investissant pour leur propre compte (y compris des sociétés de gestion (fonds des fonds) et des clients professionnels investissant pour le compte de leurs clients discrétionnaires). En Suisse, réservé aux investisseurs institutionnels. Ne peut pas être distribué au grand public.

Les informations figurant dans le présent document ne constituent en aucun cas une offre d’achat ou de vente, ni la sollicitation d’une offre d’achat ou de vente de titres, dans le ressort juridictionnel dans lequel une telle offre ou sollicitation serait contraire à la loi, ni à l’égard d’une personne envers laquelle il serait illégal de formuler une telle offre ou sollicitation, ou si la personne à l’origine de l’offre ou de la sollicitation n’est pas habilitée à la formuler. Les informations figurant dans ce document ne constituent pas des conseils en investissement, ni des conseils juridiques ou fiscaux. En conséquence, le contenu de ce document ne peut servir de base à vos décisions d’investissement.

Publié dans l’EEE par Vanguard Group (Ireland) Limited, qui est soumise en Irlande au contrôle de la Banque Centrale irlandaise.

Publié en Suisse par Vanguard Investments Switzerland GmbH.

Publié par Vanguard Asset Management Limited, société agréée au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority et soumise au contrôle de celle-ci.

© 2022 Vanguard Group (Ireland) Limited. Tous droits réservés.

© 2022 Vanguard Investments Switzerland GmbH. Tous droits réservés.

© 2022 Vanguard Asset Management, Limited. Tous droits réservés.

965